« Pollution de l’eau : conséquence sur la santé. Le Nil, espoir et vie. »

Conférence du 29/01/2009 au CFCC
 « Pollution de l’eau : conséquence sur la santé. Le Nil, espoir et vie. »


 Dr Emad El Dine Adly, écologiste de formation médicale, coordinateur des programmes de petites bourses auw Nations Unies.
Le Nil représente la vie pour l’Egypte car, contrairement aux pays riverains du Nil, le pays ne possède pas d’autres ressources importantes comme l’eau de pluie. Le Nil représente pour l’Egypte 90% des ressources en eau et constitue aujourd’hui un enjeu en matière d’environnement et de santé. Le Nil est principalement pollué par les industries (387 millions m3/an,)et les déchets ménagers (1700 millions m3/an). On compte ensuite les déchets agricoles et en particulier ceux liés à la culture des bananes, puis les déchets jetés par les quelques 300 bateaux-restaurants flottant sur le Nil qui déversent directement leurs poubelles dans le fleuve. Cette pollution favorise le développement de plantes appelées fleur du Nil d’où une diminution en oxygène des eaux du Nil. La pollution de l’eau entraine des empoisonnements par le plomb, nitrate, parasites… et est donc directement liée à certaines maladies. On compte aujourd’hui 17 000 enfants qui meurent par an en Egypte à cause de problèmes gastriques (liés à la pollution de l’eau). De plus, on observe une augmentation du pourcentage d’insuffisance rénale et 60 000 cas de cancer de la vessie. L’augmentation de la population est un facteur aggravant de la pollution du Nil et entraine une pénurie en eau. Quels sont les efforts fournis par le gouvernement ? En collaboration avec d’autres ministères, le ministère de l’irrigation a élaboré la loi 48 de 1982 et qui établit une autorité de protection des eaux du Nil.
Plusieurs actions sont menées : - suivi de l’évolution du Nil - études sur la qualité de l’eau - sensibilisation des usines et formation des paysans - amande du pollueur payant. Cette dernière action n’a pas du tout été atteinte pour l’instant. Parallèlement, il existe depuis décembre 2003 un forum national du bassin du Nil qui a pour but d’établir un contact entre tous les usagers du Nil. Ce réseau est composé d’ONG, d’associations civiles, de médias. Le forum s’est créé en plusieurs étapes : -composition d’un secrétariat - constitution d’une base de donnée et d’un centre d’information - recherches sur le bassin du Nil - soutien des actions locales pour le développement du bassin du Nil.
 La sensibilisation passe aussi par une communication au travers des médias, de publications… Une initiative a été lancée pour refaire vivre la tradition de la fête donnée en l’honneur des crues du Nil (disparues depuis la création du barrage d’Assouan). L’histoire raconte qu’on immolait la fiancée du Nil chaque année pour qu’il revienne. Certains disent que c’était une vraie jeune fille, d’autres affirment que c’était une poupée… La journée du 22 février a été retenue et coïncide avec la journée mondiale « Nettoyons la Terre ». Des « groupes de l’eau » ont été créés dans les 16 gouvernorats d’Egypte et dans le Nord Sinaï pour sensibiliser les enfants à cette problématique. Le forum favorise également les microprojets comme la collecte et le traitement des eaux grises (cuisine, salle de bain) pour les réutiliser dans l’agriculture.

 Mostafa Kamel Mohammed, professeur de Santé Public à l’Université du Caire.
On dit souvent que l’Egypte est un don du Nil. Quels sont les problèmes de santé qui y sont aujourd’hui liés ? L’organisme humain a la capacité de lutter aux risques liés aux produits chimiques tels que les pesticides, les déchets humains et animaux grâce au foie et aux reins qui nettoient l’organisme. Mais si il y a une exposition trop élevée, l’organisme accumule les toxines dans certaines zones qui diluent les toxines dans le sang. Certaines diahrées sont dues au fait que le corps tente de se débarrasser de ces toxines. Ces toxines peuvent aussi avoir pour effet un dysfonctionnement des reins (danger des métaux lourds comme le plomb), de l’hypertension, du diabète. Le foie est exposé à deux risques principaux : hépatite virale et alcoolisme. De ce côté-là, pas de problème en Egypte ! Le foie et les reins peuvent vivre avec des toxines mais s’il y en a trop, d’autres organismes peuvent être affectés. Les cellules vont enfler (comme le poumon pour la fumée de cigarette) et si le noyau de la cellule est atteint, le matériel génétique peut être endommagé. Si une femme enceinte est touchée, le fœtus peut alors être affecté également…

QUESTIONS
:
L’eau est-elle potable au Caire ?
L’eau est potable mais le problème ce sont les réservoirs en haut des immeubles qui constituent la source la plus importante de pollution. En zone rurale, c’est le problème de l’infiltration des déchets qui pollue l’eau.

L’eau sent beaucoup la javel. Est-ce dangereux pour la santé ?
Le chlore a permis de diminuer fortement les mortalités infantiles dues à la diahrées. Pour éviter ce goût de javel, il suffit de remplit des bouteilles d’eau et de les laisser débouchées dans le frigo pour que le chlore s’évapore.

La guerre de l’eau autour du Nil existe-t-elle toujours ?
On compte 10 pays riverains du Nil : l’Egypte, le Soudan, l’Ethiopie, l’Erythrée, le Kenya, le Burgundi, l’Ouganda, la République Démocratique du Congo, le Rwanda. Une convention sur le Nil a été presque signée : 39 sur 40 ont été approuvé par tous les pays… reste la question du partage des eaux du Nil. L’enjeu réside aussi dans la récupération des autres sources d’eau comme en Ethiopie (mais pas en Egypte car très peu de pluie).
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés